Fraisiers en palette ou en gouttière

Les fraises font le délice de nos papilles au printemps et durant l’été ! Cependant, le sol est bas et leur entretien et ramassage sont assez douloureux pour mes genoux vieillissants !

Voilà pourquoi j’ai décidé de surélever les nouveaux plants de l’année produits à partir des nombreux stolons fournis par les fraisiers.

En effet, la plupart des fraisiers  se multiplient par division des stolons (plante stolonifère à reproduction non-sexuée, dite végétative). Ces tiges aériennes rampantes donnent naissance à une nouvelle plante au niveau d’un nœud. C’est ce nœud qu’il faut enterrer dans un petit pot rempli de terreau afin qu’il prenne racine et devienne à son tour un plant indépendant du pied mère. Lorsqu’il est bien enraciné (sous 2 semaines environ), on coupe la tige au plus près de chaque pied (pied mère et nouveau pied).

Il est important de choisir un plant mère vigoureux ne comportant aucune maladie, car les virus se transmettent facilement.

Enfin, les stolons n’étant utiles qu’à la reproduction, mieux vaut couper ceux dont vous ne vous servirez pas car ils épuisent le plant mère inutilement.

stolon

Pied-mère, stolon et nœud.

 

 

Après cette introduction sur la multiplication des fraisiers, voici les réalisations de l’automne. La première est une palette reconvertie en fraiseraie. Le fraisier aimant les sols profonds, j’ai augmenté le volume des « bacs » en ajoutant une planche horizontale. Chaque bac est fermé en-dessous par une autre planche qui crée un fond. Enfin, j’ai habillé les bacs d’un géotextile en l’agrafant, pour éviter le contact de la terre avec le bois et donc un pourrissement des planches à terme.

p_20161013_150532Seconde réalisation : une gouttière-fraiseraie. Là, pas de récupération de matériaux, car malgré mes recherches sur les sites de revente, je n’ai pas trouvé de gouttière assez profonde. J’en ai donc acheté une de 2 m de long, avec embouts et supports. Pas de géotextile, mais des trous pratiqués à la perceuse tous les 20 cm (diamètre de la mèche de 5 ou 6 cm) pour éviter l’eau stagnante.

Les 2 réalisations sont placées contre le mur proche du potager exposé nord ouest et à côté de l’hôtel à insectes. Dans un soucis d’optimisation de l’arrosage, elles sont proches l’une de l’autre.

Les jeunes pieds plantés mi-octobre se portent bien et sont recouverts de feuilles pour passer l’hiver au « chaud » ! Bilan au printemps !

p_20161127_173051

p_20161127_173026

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s